Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ActuMédias Outre-Mer

ActuMédias Outre-Mer traite de l'actualité ultramarine des télécoms, des médias audiovisuels et du numérique.

Publicité segmentée en Outre-Mer : Les associations ATOM et SPADOM alertent le gouvernement !

Publié le 6 Novembre 2021 par Jonathan in Service Public

Dans un courrier en date du 29 octobre 2021, les associations ATOM et SPADOM interpellent Emmanuel MACRON, président de la République, concernant la mise en place de la publicité segmentée en Outre-Mer par le groupe audiovisuel public.

 

Monsieur le Président de la République Française,

Nos syndicats tiennent à vous faire part de leur totale incompréhension suite à la décision du Gouvernement d’autoriser France Télévision1 à réaliser des décrochages publicitaires sur les territoires des Outre-Mer dans le cadre du décret de la publicité dite « segmentée ».

Cette décision unilatérale, réalisée sans concertation ni étude d’impact préalable est vécue par nos adhérents comme une agression. Elle représente une menace grave pour nos entreprises, nos collaborateurs et nos partenaires et engendrera une atteinte au pluralisme.

Le marché publicitaire ultramarin reste très affecté par les deux crises successives (Gilets Jaunes et crise Covid) que nos territoires ultramarins traversent. Et nous le savons nos marchés resteront impactés par les effets collatéraux de ces crises jusqu’en 2024.
Cette nouvelle pratique du groupe public, autorisée par le Gouvernement, générera indéniablement une distorsion manifeste de concurrence et va, de facto, venir priver les médias privés des Outre-Mer de revenus indispensables à leur survie.

C’est en premier lieu, l’ensemble des médias privés locaux qui sera impacté, en pâtiront également les secteurs de la communication, de la production et de l’évènementiel (secteurs intrinsèquement liés à nos « écosystèmes médias locaux »).

Nous avons alerté à de nombreuses reprises le Gouvernement et les élus sur la situation économique catastrophique des médias privés dans nos territoires, fragilisés, coups après coups, par la crise des Gilets Jaunes, par la pandémie, par les problématiques d’approvisionnement et les phénomènes de concentration des annonceurs.

Nos entreprises ne peuvent pas supporter un nouveau choc.

Depuis trois ans, nos médias sont dans l’expectative, et ce notamment suite aux propos tenus lors des débats sur le PLFSS en octobre 2018 spécifiant que « Le Gouvernement a considéré que la presse et la production audiovisuelle ne faisaient pas partie des secteurs exposés à la concurrence internationale et n’étaient pas des secteurs particulièrement propices au développement économique des Outre-Mer ». C’est non seulement faux mais aussi injuste.
Néanmoins, le Gouvernement, à l’époque, avait tout de même décidé d’évincer les médias audiovisuels privés ultramarins du périmètre de la compétitivité renforcée. Nos médias ont d’ailleurs naturellement été réintégrés dans le dispositif de la Lodeom renforcée en janvier 2021.

En outre, nos médias restent depuis des années dans une grande incompréhension en constatant que le budget de communication du Gouvernement dédié aux régions ultramarines est près de dix fois inférieur à celui du poids de sa population en terme démographique et est bien trop faible par rapport à la réalité des enjeux dans ces territoires. Les Outre-Mer représentent 4% de la population française mais le SIG n’y consacre que 0,5% de son budget.

Dans ces conditions et ces contextes, avec en sus cette autorisation en faveur du service public, comment nos médias privés ultramarins peuvent-ils tolérer que le marché publicitaire local qui est en proportion deux fois plus faible qu’en métropole, se retrouve injustement ponctionné par le service public ?

Ne nous y trompons pas, cette mesure sera extrêmement destructrice d’emplois. Nous vous rappelons que les médias audiovisuels privés touchent, tous les jours, plus de 2 millions d’ultramarins et jouent un rôle majeur dans l’équilibre et le dynamisme économique de nos territoires.

C’est pourquoi, Monsieur le Président de la République Française, nous demandons l’annulation de cette autorisation d’opérer de la publicité segmentée au profit du groupe public dans les Outre-Mer. Décision qui si elle était maintenue, serait catastrophique pour le pluralisme, le dynamisme économique et irrémédiablement destructeur de valeurs et d’emplois dans nos régions.

Nous nous tenons à votre disposition pour vous rencontrer et échanger sur ces sujets.

[...]

Ainsi, avec les milliers de salariés permanents et intermittents qui se battent chaque jour pour apporter le meilleur à nos régions ultramarines et soutenir les valeurs démocratiques, nous plaçons un grand espoir dans votre aide et votre soutien.

 

M. Chahine FAZEL
Secrétaire Général de l’Association des télévisions privées des Outre-Mer (ATOM)
 
M. Mario LECHAT
Président du Syndicat des Professionnels de l’Audiovisuel des Départements d’Outre-Mer (SPADOM)

Commenter cet article