Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ActuMédias Outre-Mer

ActuMédias Outre-Mer traite de l'actualité ultramarine des télécoms, des médias audiovisuels et du numérique.

Guadeloupe : la commune (Sainte-Anne) à la pointe du haut débit

Publié le 14 Juillet 2010 par GdX in Internet

Plus de 200 kilomètres de fibre obtique seront déployés sur le territoire pour assurer une couverture complète..

Le projet « Sainte-Anne 2.0 » vient d'être présenté aux élus et aux cadres de la collectivité, au pôle technologique de Douville, à Sainte-Anne.

En effet, la ville administrée par Blaise Aldo est la seule de France à avoir été sélectionnée dans l'appel à projet national pour le haut débit, lancé le 23 octobre 2009.

L'objectif de ce projet est de faire en sorte que les zones rurales puissent bénéficier du haut débit. Or, la ville de Sainte-Anne est confrontée au fait de n'avoir l'internet et l'ADSL que sur une partie de son territoire.

« On ne peut parler de développement touristique et économique si un territoire n'est pas équipé par le haut débit » , a déclaré Blaise Aldo, appuyé en cela par le directeur du service informatique de la Ville : « Nous souffrons d'un double handicap : l'insularité et la ruralité. Le câble ne vient pas à Sainte- Anne et ne va pas dans les Grands- Fonds. »

 

Gommer les disparités

Au cours de la présentation, les zones mal desservies par le haut débit ont été mises en exergue. Un constat s'est imposé à l'assistance : plus l'on s'éloigne du central téléphonique du bourg, plus la situation devient compliquée, la partie nord de la ville étant très mal desservie, des sections comme Saint-Protais se voyant même privées d'internet. « Au-delà d'une distance de 6 kilomètres du central téléphonique, l'ADSL n'est pas envisageable. 1 573 foyers ne peuvent donc avoir accès au haut débit, soit 12% de la population.

La municipalité a reçu de nombreux administrés situés dans des zones peu rentables qui n'intéressent donc pas les opérateurs » , ont-ils poursuivi.

La municipalité saintannaise est donc bel et bien décidée à gommer ces disparités entre ses administrés, entre le bourg et les sections. « Notre projet a été initié au mois de décembre 2009. Il s'agissait pour nous de balayer l'ensemble des technologies offertes. Dans le souci de connaître le débit internet possible, des tests ont été réalisés sur 40% des lignes de Sainte-Anne. Puis nous avons procédé à l'analyse des offres de France Télécom dans le cadre de la ruralité » , a déclaré le représentant du bureau d'études HFC qui a travaillé de conserve sur le projet avec la Direction du service informatique de la Ville.

 

Offrir les services associés au très haut débit

S'inspirant des pays nordiques, les promoteurs du projet ont privilégié la fibre optique. En effet, cette dernière permet non seulement l'accès à l'internet, mais également aux services associés, avec des débits symétriques pouvant théoriquement monter à un gigabit par seconde jusqu'au poste de l'utilisateur. Bref, selon eux seule la fibre optique serait à la hauteur. Dès lors, le très haut débit permettrait d'avoir accès à des services comme la télé présence, la formation à distance, de développer le télétravail, etc.

220 kilomètres de fibre optique seront déployés sur le territoire de la commune en dix-huit mois. Les foyers, les entreprises et les bâtiments publics seront couverts. Tous les opérateurs fixes et mobiles auront accès à ce réseau. Ils pourront utiliser les poteaux électriques de la commune situés à proximité des habitations.

 

La faisabilité technique du projet reste à étudier

Construit pour les 20 ans à venir, ce réseau aura un coût de 154 euros par Saintannais (le coût du réseau existant à Paris), soit 3,9 millions d'euros.

Disposant d'une enveloppe de 1,2 million d'euros obtenue au titre du Feader (Fonds européen agricole pour le développement rural) et éligible au Feder (Fonds européen de développement régional), la Ville devra consentir à un apport ne s'élevant qu'a 20% du coût total de l'opération.

« La question du bouclage du financement est réglée » , a souligné Blaise Aldo. Pour l'heure, il faut passer à la vitesse supérieure et enclencher la faisabilité technique de l'opération en mettant en place un cahier des charges.

D'ici fin la fin de 2011, voire au début de 2012, cet équipement devrait être à la disposition de l'ensemble des opérateurs.

 

Source : France-Antilles (Guadeloupe)

 

Commenter cet article

Kin971 24/04/2011 16:48


Salut .

Pourrais tu me dire a quel niveau est ce projet ? Avance t-il ? Il sera bien lancée pour fin 2011 ?

J'attends ta réponse @+


GdX 25/04/2011 20:49



Bonjour,


Je n'ai aucune information a ce sujet. dsl