Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ActuMédias Outre-Mer

ActuMédias Outre-Mer traite de l'actualité ultramarine des télécoms, des médias audiovisuels et du numérique.

OPT : « la 3G connection » ?

Publié le 4 Octobre 2011 par GdX in Mobile - Fixe - VoIP

En une semaine, trois personnes impliquées dans la défiscalisation de la 3 G ont été mises en examen,dont, hier, le défiscaliseur Jean-Marc Bruel. Le président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, Harold Martin, pourrait lui aussi être inquiété par la justice.

Harold Martin dans la tourmente ?

Après un an d’enquête, la justice met à la une de l’actualité calédonienne une affaire qu’on croyait quelque peu étouffée. Un expert-comptable, Thierry Granier, et un avocat, Pierre-Henri Cuénot, ont été mis en examen la semaine dernière pour prise illégale d’intérêt, favoritisme, complicité, et placés sous contrôle judiciaire. Hier ,c’est le défiscaliseur Jean–Marc Bruel, , patron de la société la Calédonienne d’ingénierie  qui était également entendu par les gendarmes puis mis en examen.  Dans ces conditions, le président du conseil d’administration de l’OPT (Office des Postes et des Télécommunications), Harold Martin, qui est aussi le président du gouvernement de la Nouvelle–Calédonie, pourrait  être auditionné dans les prochains jours.

Un marché de 3 milliards de francs CFP (25 millions d’euros) 

Tout a commencé le 23 juin 2010 par une lettre adressée au haut-commissariat et à la justice. Dans ce courrier officiel, trois membres du conseil d’administration de l’OPT, dont Didier Leroux, ex-partenaire politique d’Harold Martin, ont dénoncé les irrégularités constatées dans l’attribution du marché de la défiscalisation pour la mise en place de la 3 G en Nouvelle–Calédonie. Un marché qui pèse pas moins de 25 millions d’euros.

Pointée du doigt dans cette lettre : la proximité entre les deux experts chargés d’étudier toutes les offres et Jean-Marc Bruel, désigné pour remporter ce marché. Le nom  d’Harold Martin alimente alors la rumeur ; le président du conseil d’administration de l’OPT aurait fait pression pour que le projet de Jean-Marc Bruel soit retenu au détriment de celui d’ I2F (Société Générale ) qui avait pourtant reçu l’avis favorable de la commission d’appels d’offres.

Des soupçons alimentés par le fait que Jean–Marc Bruel et Harold Martin ont déjà été partenaires dans plusieurs opérations financières du domaine privé. A suivre…

_______________________________________________________________

Quelques dates : 

23 juin 2010 : trois membres du conseil d’administration de l’OPT (Didier Leroux, Lionel Woreth et Ronald Frère) dénoncent dans un courrier officiel les irrégularités dans l’attribution du marché de la défiscalisation à la société de Jean–Marc Bruel (La calédonienne d’ingénierie).

 20 août 2010 : perquisition des locaux de l’OPT.

Avril 2011 : plusieurs gardes à vue dont celle du directeur de l’OPT, Philippe Minel.

27 septembre 2011 : mise en examen pour prise illégale d’intérêt, favoritisme et complicité de Thierry Granier, expert–comptable et commissaire aux comptes.

30 septembre 2011 : mise en examen de Pierre–Henri Cuénot, l’un des experts chargé d’étudier les offres pour le marché de la défiscalisation de la 3 G.

3 octobre 2011 : Jean–Marc Bruel (le défiscaliseur) est placé en garde à vue.

 

Nouvelle-Calédonie 1ère


Commenter cet article